Westhalten - les familles

 page suivante
Synonymes : Vesthalten, Weshalden, Weslhalden, Westhalden, Westhaldensis.


Les familles qui ont fait Westhalten

Cités dès 1567, les Burgenath figurent donc assurément parmi les plus anciennes lignées de Westhalten. Les Meistermann rivalisent avec eux, puisqu'ils sont également connus là dès 1565, mais aussi, à la fin du siècle, à Soultzmatt, Osenbach et Guebwiller. Les Isner remontent au XVe à Rouffach, les Lamey sont originaires au XVe ou au XVIe de l'autre versant vosgien. Les Noll sont une très ancienne famille du secteur de Colmar où ce patronyme est cité dès le XVe siècle. Quant aux Freudenreich, ils sont attestés, eux aussi, dans le secteur de Colmar et d'Eguisheim, dès le XVIe siècle.

Contrairement à ce que prétend une tradition erronée, les Daller ne viennent pas de Suisse, mais... du secteur de Fellering et Oderen où ils sont connus dès le milieu du XVIe siècle sous les noms Thaller ou Daller. Les Bohrer sont à Westhalten depuis le XVIIe siècle (plusieurs porteurs du nom figurent à partir de 1656 dans le registre des mariages), comme les Murés qui sont présents dans le secteur dès le XVIe et dont origine reste énigmatique (la dernière piste en date pourrait nous conduire en Haute-Saône où existe une famille Mourey...). Puis nous trouvons, toujours dans le registre des mariages, les Wischlen (1663), Kubler (1667), Debenath (1685, de Rouffach), et d'autres encore.

L'origine suisse des Huntziger ne fait aucun doute : cette famille, notée pour la première fois à Westhalten en 1704 avec le mariage de Johannes Huntziger, est connue dès le XIVe siècle dans le canton de Lucerne. Ils ne sont que l'une des nombreuses familles suisses passées par Westhalten après la guerre de Trente ans (Hilber, de Schönenwerd, Duss, de Hasle, Ellenberger, d'Entlebuch, Widerkehr, Engel, Portmann, Weibel, Geissler, Berenbolder, Jöri, Görig, tous du canton de Lucerne, Christ, du canton de Berne, Köbelin, de Bâle, Schwender, d'Altstetten, etc.), mais eux sont toujours là ! Des Allemands sont également passés par le village à la même époque (Humler, d'Überlingen, en 1655, Etinger, de Dattingen, en 1679...), de même que des habitants des villes et villages des alentours, bien entendu.

La plupart de ces noms suisses ou allemands sont éteints au village, mais pas celui des Traber qui descendent de Zacharias Traberer, venu du canton de Lucerne et qui se maria le 13 janvier 1670 avec Eva Schueler. Traberer n'est devenu Traber que vers 1741. Le nom Koehler apparaît en 1699, lorsque Ulrich Koler, du canton de Lucerne, épouse à Westhalten Maria Keyser, la veuve de Johann Stutz, mais en 1703 arrive un Michaël Köhler de Rouffach, se mariant lui aussi à Westhalten où il a une descendance. Les Dornstetter, aujourd'hui éteints à Westhalten, provenaient en 1676 de Rouffach, tandis que ceux de Soultzmatt, toujours existants, sont venus quarante ans plus tard de Gueberschwihr même.

Les Klinklin proviennent en 1737 de Soultzmatt, mais un Glencklin est déjà venu de Pfaffenheim pour se marier en 1680. Les Schaegis sont originaires au milieu du XVIIIe siècle de Wasserbourg, et les Schatz apparaissent à Westhalten, là encore vers 1760, comme les Schrapf. En 1741, Dominicus Horber, d'Eguisheim, vient initier une nouvelle branche à Westhalten, où il épouse Catharina Debenat(h). Les Schlegel viennent eux aussi de Soultzmatt, un peu plus tard. Les Diringer, assez nombreux en Haute-Alsace et aujourd'hui bien représentés à Westhalten, n'y étaient pas encore implantés à XVIIIe siècle. Les Obrecht, dont l'histoire familiale est remarquable par sa richesse et son ancienneté, sont arrivés dans la vallée de l'Ohmbach au milieu du XIXe siècle. Parmi les dernières lignées installées là, notons les Miclo, de longue date enracinés dans le Val d'Orbey (XVIe siècle), les Baechtlé et les Wisselmann, originaires d'Allemagne, et les Zwingelstein venus du Tyrol et qui se sont implantés en 1700 à Dessenheim d'où ils ont essaimé. Terminons par les Birgaentzlé, peu anciens à Westhalten, mais présents à Colmar dès le XIVe ou en tout cas le XVe siècle, puisque l'on connaît un Hennin Pirrigantz, bourgeois de la ville en 1415 et possédant une maison près du couvent d'Unterlinden.

Denis Dubich




Westhalten - les familles

 page suivante